La Compagnie électrique de Dharma

La Dharma Electric Company a créé un son et un style inédits. Le groupe combine les racines traditionnelles de la musique catalane avec des instruments de rock, et un saxophone soprano incomparable. Ce groupe catalan a démontré qu’il était possible de combiner des messages non-conformistes et la justification de l’identité catalane avec la danse et la fête.

La Companyia El’ctrica Dharma est officiellement née en 1974 dans une commune rurale que les frères Fortuny ont établie dans une ferme à Gérone. La gestation du groupe, cependant, avait commencé quelques années plus tôt, quand Esteve, Joan et Josep Fortuny ont appris à jouer d’une manière autodidacte et copié des chansons des Beatles et des Rolling Stones. À cette époque, ils ont donné des concerts domestiques dans des instituts et des paroisses. C’est alors que Carles Vidal et Jordi Soley rejoignent le groupe et les cinq partent pour la commune, où ils produisent les pistes de leur premier LP, intitulé « Diumenge »[Domingo].

Le nom du groupe est inspiré par le titre d’un livre de l’écrivain Jack Kerouac, « es bums Dharma ». Dans son incendie, l’influence de Miles Davis a été clé, mais très vite le Dharma Electric a évolué dans le folk méditerranéen et la tradition.

En 1975, le groupe s’installe à Canet, où ils coïncident avec la compagnie théâtrale Els Comediants. La réunion a été décisive parce qu’ensemble, ils ont donné un grand coup de pouce aux actes de rue et aux promenades dans les rues, qui sont devenus des manifestations populaires et festives dans un contexte politique très convulsif : les manifestations pour la liberté devenaient de plus en plus fréquentes.

Le Dharma a été présenté en première à un public de masse à l’été de cette année-là. C’était au Canet Rock, devant 50 000 spectateurs qui ont été hypnotisés par les rythmes folkloriques de ces cinq musiciens encore inconnus. Cette performance mythique a été recueillie sur l’album 'L’Oucomballa', auquel ont assisté Els Comediants.

Le ton méditerranéen marqué de la musique du Dharma Electric ne représentait pas un obstacle géographique. En 1977, après la sortie du troisième album, ' Tramuntana', le groupe fait une tournée dans l’État et se produit dans 11 villes devant plus de 25 000 spectateurs. La tournée s’est terminée par un concert réussi au Real Madrid Sports Pavilion, où les participants ont forcé le groupe à faire jusqu’à six « bises ».

En 1978, la Companyia El’ctrica Dharma présente son quatrième album « 'Angel de la dans [El Ángel de la danza]» au Palacio de los Deportes à Barcelone devant plus de neuf mille personnes. Peu de temps après, Jordi Soley a quitté l’alignement. Sa place serait occupée par un autre des frères Fortuny, Lluís.

Noël 1980 ils se sont produits dans la salle Zeleste de Barcelone, à l’occasion de la présentation d’un nouvel album, cette fois, le poème musical intitulé « 'Atl’ntida [La Atlántida]». L’année suivante a été très importante pour le groupe, en particulier en ce qui concerne la réaction du public. D’une part, ils se sont produits aux Fêtes de la Merca de Barcelone devant 100 000 personnes et, d’autre part, ils sont montés sur la scène du Palau de la Música avec une expérience sans précédent : mélanger leur musique avec les fils du sardana. La performance a abouti à l’album 'Al Palau de la Música amb la Cobla Mediterránea' [En el Palau de la Música con la Cobla Mediterrànea].

Sur le prochain album, intitulé 'Catalluna', le Dharma s’est adapté à ses classiques de la musique traditionnelle catalane, tels que 'La presó del rei de Franco[La prisión del rey de Francia]' ou 'El Rossinyol[El Ruiseñor]'. La compagnie s’est produite pendant dix jours au Marché aux fleurs, un espace qui commençait à faire ses premiers pas en tant que salle de scène.

A l’occasion du dixième anniversaire, ils sortent en 1985 l’album 'Forca Dharma! Deu anys de resistancia, plei[Força Dharma! Diez años de resistencia]n de thèmes dans lesquels le message catalan et libertaire est resté plus vivant que jamais, avec des chansons telles que « La Catalogne n’est pas la Patagonie », « Fi de fes[Final de fiesta]ta » « La volure en pau gent » [La gente quiere vivir en paz]ou « Forca Dharma! ». Ce même esprit a été incarné dans l’album suivant, 'No volem ser', enregistré en direct pendant les performances qui ont joué trois jours d’affilée au Mercado de las Flores.

Le 15 août 1986, la tragédie éclabousse le groupe, quand l’un de ses membres, Esteve Fortuny, a subi une hémorragie cérébrale lors d’un concert à Cardedeu. La guitare du groupe est morte quatre jours plus tard. C’était un coup inattendu et très dur et le groupe a opté pour le silence pendant quelques mois.

Cependant, le désir de rendre hommage au frère et au partenaire du groupe augmentait de jour en jour. Enfin, le Dharma réapparut sur scène le 12 mars 1987 pour donner un concert au Palau de la Música avec quelques pièces inédites du musicien disparu. Jusqu’alors, ils n’avaient pas été édités en raison de leur grande complexité: ils étaient des compositions symphoniques qu’ils ont joué avec l’Orchestre de chambre de Barcelone. La performance est recueillie par 'Homenatge a Esteve Fortuny[Homenaje a Esteve Fortuny]'.

Après cette brève réapparition, le groupe a continué à prendre sa retraite jusqu’en 1989, moment où ils ont édité « Fibres del cor[Fibras del corazón] », dans lequel certaines compositions d’Esteve Fortuny sont apparues. Le début des années 1990 a été la sortie internationale du groupe, qui a joué à Paris et New York. Le Dharma électrique a également décidé d’explorer les mélodies médiévales du « Llibre Vermell de Montserrat[Libro Rojo de Montserrat] », qui ont été recueillies sur l’album « Que no es perdi aquest so [Que no se pierda este sonido]» (1993).

Le 23 avril 1994, le Dharma a fêté ses 20 ans avec un concert au Palau Sant Jordi à Barcelone, qui a réuni plus de 18 000 personnes et de nombreux artistes invités, tels que Joan Manel Serrat, Maria del Mar Bonet, Toti Soler, Pascal Comelade, Els Pets, Sau et Sangtrat. L’événement a été repris sur un double album live.

De 1998 à 2002, le groupe a sorti la trilogie 'Racó de m[Rincón de mundo]ón', 'Sonada' et 'Llibre Vermel[Libro Rojo]l', où il passe en revue tous les sons qui l’ont accompagné depuis le début, tels que des mélodies médiévales, des chorales ou des rythmes africains.

Le Dharma a célébré son 30ème anniversaire avec un concert au Palau de la Música le 22 avril 2005 et avec l’édition d’un double album live. Après trois décennies sur scène, il produit encore de nouvelles œuvres et tournées avec la même énergie et sans perdre l’esprit festif.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*