Carole Morin

Suite barcelonaise

Rien de droit dans la nature. Que des rondeurs !
Gaudí

cropped-banner-morin.jpg

Expositions et lectures nourrissent ma création. Les lieux, par les impressions et les sensations qu’ils me procurent ont également leur importance. En 2010, j’ai eu le goût d’aller faire une résidence d’artiste à l’étranger, question de me ressourcer. Mon choix s’est porté sur Barcelone. Depuis ce temps, j’y retourne chaque année, cette ville étant une source d’inspiration importante pour moi.

Pour la présente exposition, j’ai sélectionné des tableaux issus de deux séries d’œuvres. Ceux de la première série racontent, à la manière d’un carnet de voyage, ma découverte de Barcelone, lors de mon premier séjour. Dans la seconde série, la couleur et la ligne s’allient pour former mon langage et évoquer les « Coloraines », les couleurs vives de Poblenou, ce quartier où je réside lorsque je suis à Barcelone.

Reprenant les mots d’Antoni Tàpies, je dirai que je travaille comme un poète, c’est-à-dire que je m’exprime à travers ma sensibilité générale sans trop réfléchir. Me laissant imprégner par mon environnement, je colle, peins, assemble couleurs, lignes, bouts de papier, images découpées. Je leur permets de trouver librement leur place sur la toile.

Mon travail questionne de façon particulière la notion de « traces ». À la manière postmoderniste, j’aime faire des clins d’œil aux grands maîtres en prenant leur style comme référence. À Barcelone, c’est le travail des Gaudi, Miró et Tàpies qui retiennent mon regard. Le modernisme catalan aussi. Les lignes droites sont rares dans mes œuvres. Enfin, comme les Surréalistes aimaient le faire, j’insère toutes sortes de papiers (papier journal, papier japonais, etc.) dans mes tableaux.

La Barcelone culturelle, le constant souci du design et du beau qui la caractérise, sa lumière si spéciale, ses nombreux coins de verdure, la mer, la chaleur de ses habitants et sa convivialité,  se retrouvent ainsi subtilement évoqués  dans mes « œuvres barcelonaises ». Et, en ce sens, on peut dire que ces créations sont de réels témoins, des « traces » de mes longs séjours dans la capitale de la Catalogne.

coloraines de Poblenou no 27

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *