Barcelone 1714

Voici une belle façon de soutenir la campagne de financement du Cercle culturel catalan du Québec: achetez une oeuvre d’art unique inspirée de la Barcelone de 1714.

Le tableau “L’Onze de Setembre. Hommage à A. Estruch” de l’artiste Carole Morin a fait partie de l’exposition “Catalogne: 1714/2014, cinq regards du Québec“, qui a eu lieu à la Maison de la culture de Montréal du 11 septembre au 9 novembre 2014.

Nous vous offrons la possibilité de vous procurer cette oeuvre d’art à un prix tout spécial pour les membres et amis du Cercle culturel catalan du Québec : 950 $, dont la moitié sera versée à cet organisme (OBNL).

N’hésitez-pas à les contacter pour de plus amples renseignements à l’adresse info@ccquebec.cat

Le Cercle cuturel catalan du Québec tient à remercier Carole Morin pour sa générosité ainsi que celle de celui ou celle qui profitera de cette belle offre.

L’Onze de Setembre. Hommage à A. Estruch, par Carole Morin

Expositions et lectures nourrissent ma pratique artistique. Les lieux, par les impressions et les sensations qu’ils me procurent, ont également leur importance. En janvier 2014, j’ai profité de mon séjour de création annuel à Barcelone pour faire ma recherche et réaliser mon tableau, L’Onze de Setembre. Hommage à A. Estruch.

J’ai d’abord lu attentivement « Catalonia Calling – Ce que le monde doit savoir » (éd. Sàpiens), et ce, pour bien saisir les tenants et aboutissants de la bataille de Barcelone du 11 septembre 1714. J’ai pu approfondir mes connaissances sur l’histoire de la Catalogne depuis la Guerre de succession d’Espagne jusqu’à nos jours, la terrible répression politique, culturelle et économique qui a sévi et la résilience remarquable dont ce peuple fait preuve.

J’ai longuement visité le « El Born Centre Cultural », ce lieu unique qui m’a permis de revivre in situ ce moment d’histoire du 11 septembre 1714. Grâce à des installations, des images et des vidéos de très grande qualité reproduisant des épisodes de l’époque, j’ai pu saisir l’extrême violence de la bataille et les nombreuses tentatives, parfois désespérées, des Barcelonais pour tenter d’arracher une victoire improbable. J’ai vu les vestiges, révélés par les fouilles archéologiques, de cette cité jadis prospère rasée par le nouvel occupant.

Enfin, j’ai été à l’« Espai Cultura de la Fundació Sabadell 1859 », à une vingtaine de kilomètres de Barcelone, là où se trouve l’original de L’Onze de Setembre (1909), un tableau très beau, de très grande taille. J’ai pris le temps de bien étudier sa composition.

Tel un poète, je crée en m’exprimant à travers ma sensibilité, avec comme outil, le style qui est le mien. Imprégnée des découvertes issues de mes démarches, j’ai dessiné, collé, peint, assemblé couleurs, lignes, morceaux de papier, images découpées, en ayant la copie du tableau de Estruch sous les yeux. Équilibre, harmonie, mouvement, effet de texture et de profondeur se retrouvent dans le résultat final.

J’ai voulu qu’à travers ma main, s’exprime l’intensité de la bataille, la violence qui a sévi, la détermination à aller jusqu’au bout de la population de Barcelone de 1714. J’ai, surtout, voulu rendre hommage à la résilience du peuple catalan : 300 ans plus tard, il est toujours là, debout, solide comme une tour humaine et solidaire comme les membres qui la composent, continuant sa lutte pour la protection de sa langue, de sa culture et de ses institutions. Le titre de mon tableau aurait tout aussi bien pu s’intituler : « 1714 / 2014. Hommage au peuple catalan ».

Carole Morin

Carole Morin a une formation multidisciplinaire. En arts visuels, elle a fait des études en arts plastiques et en histoire de l’art (Université du Québec à Montréal), elle a suivi aussi des ateliers intensifs en créativité (artiste Seymour Segal, Montréal). La danse et le théâtre d’improvisation font également partie de son bagage (The Moving Center, New York). Son médium premier est la peinture, elle fait en plus de la gravure et de l’impression numérique (Atelier Graff, Montréal). Elle a fait sa première exposition, à titre d’artiste professionnelle, en 2005. À ce jour, elle a 10 expositions solo à son actif et plus de 20 expositions de groupe sur sélection. On a pu voir son travail au Canada (Montréal, Québec, Toronto, Estrie) et en Espagne (Barcelone).  Ses œuvres font partie de collections publiques, privées et d’entreprises. À Montréal, on trouve ses tableaux à la Galerie d’art Michel-Ange (Vieux-Montréal).

www.carolemorin.com

——–

1714/2014 Catalogne : cinq regards du Québec

Les mêmes cinq artistes de l’exposition “Barcelone : cinq regards montréalais” ont présenté, du 11 septembre au 9 novembre 2014, une exposition dans le cadre des commémorations du tricentenaire de la défaite de la ville de Barcelone pendant la Guerre de succession au trône d’Espagne, le 11 septembre 1714.

Tricentenaire de la défaite de 1714
1714/2014  Catalogne: cinq regards du Québec

Le 11 septembre 1714, après avoir résisté pendant 14 mois de siège, Barcelone tomba aux mains de Philippe de Bourbon et de l’Armée des Deux Couronnes (la Castille et la France). Comme les Catalans avaient soutenu le candidat Charles d’Autriche et la Grande Alliance (Autriche, Angleterre, Pays-Bas et Portugal) pendant la Guerre de Succession au Trône d’Espagne, la vengeance de Philippe V fut terrible. En effet, suite à cette défaite, les constitutions, le parlement et les institutions propres à la Catalogne furent abolis. Depuis, le catalanisme politique et la société civile catalane ont toujours œuvré pour le rétablissement d’une pleine autonomie. D’ailleurs, après les presque 40 ans de dictature de Franco, la toute première loi approuvée par le parlement de la Catalogne en 1980 déclarait le 11 septembre Fête nationale,  rappelant au peuple catalan la défaite et la perte des libertés en 1714, tout revendiquant sa résilience et l’aspiration à une totale récupération nationale.

Pour commémorer ce 300e anniversaire, cinq artistes québécois ont présenté des œuvres qui réinterprètent l’icône catalane la plus représentative de la chute de Barcelone : le célèbre tableau L’Onze de setembre (1909) du peintre catalan Antoni Estruch.

L’exposition a commencé le jeudi 11 septembre et s’est terminé le dimanche  9 novembre 2014, jour où le peuple catalan a décidé de son avenir politique avec la célébration d’une consultation (processus partipatif) sur son indépendance.

Cette présentation a été une initiative du Cercle culturel catalan du Québec et de la Médiathèque en études catalanes de l’Université de Montréal. Elle a fait officiellement partie des activités du tricentenaire de 1714 coordonnées par le Gouvernement de Catalogne et par la Ville de Barcelone.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *