JEDL 2021

alguerès (català) – Marcel A. Farinelli

Marcel A. Farinelli és originari de l’Alguer, la minoria catalanoparlant a l’illa de Sardenya, però viu a Barcelona des del 2006. Doctor en història per la Universitat Pompeu Fabra i traductor, la seva àrea d’estudi és aquella dels Island Studies, camp interdisciplinari que s’ocupa d’analitzar la insularitat. Especialista en la història contemporània de l’Alguer, dels nacionalismes a Sardenya i Còrsega, i de la relació entre aquestes dues illes.

En français
Marcel A. Farinelli est originaire d’Alghero (L’Alguer), la minorité de langue catalane de l’île de Sardaigne, mais vit à Barcelone depuis 2006. Docteur en histoire de l’Universitat Pompeu Fabra et traducteur, son domaine d’études est celui des études insulaires, domaine interdisciplinaire qui traite de l’analyse de l’insularité. Spécialiste de l’histoire contemporaine d’Alghero, des nationalismes en Sardaigne et en Corse, et des relations entre ces deux îles.

aragonés – Jorge Pueyo

Jorge Pueyo, avogau aragonés, é conoixiu per el suyo activismo como divulgador de l’aragonés, la suya llengua materna. Encara que va encomenzar con proyectos audiovisuals en Aragón Tv, ha saltau a la palestra per el suyo Noticiario matinal aragonés i la difusión d’esta llengua en rez socials.

En français
Jorge Pueyo, avocat aragonais, est connu pour son activisme en tant que diffuseur de l’aragonais, sa langue maternelle. Bien qu’il ait commencé avec des projets audiovisuels sur Aragón TV, il est devenu populaire grâce à son téléjournal matinal en aragonais et à la diffusion de cette langue sur les réseaux sociaux.

Deutsch – Inken Kaumman

Inken Kaumann hat an der Universität Kiel einen Master-Abschluss in Linguistik und ein DAF-Zertifikat (für Deutschunterricht) erworben, bevor sie 2020 nach Kanada auswanderte. Als leidenschaftliche Liebhaberin von Sprachen fühlte sie sich von dem multikulturellen und mehrsprachigen Montreal angezogen. Sie unterrichtet Deutsch am Goethe-Institut Montreal und an der Deutschen Samstagsschule.

En français
Inken Kaumann a obtenu une maîtrise en linguistique et la certification DAF (pour enseigner l’allemand) à l’université de Kiel en Allemagne avant d’émigrer au Canada en 2020. Passionnée par les langues, elle a été attirée par la multi-culturalité et le multilinguisme de Montréal. Elle enseigne l’allemand au Goethe-Institut Montreal ainsi qu‘à l’école allemande du samedi.

español – Gabrielle Pannetier Leboeuf

Gabrielle Pannetier Leboeuf es candidata al doctorado en estudios hispánicos en el Departamento de literaturas y de lenguas del mundo (Université de Montréal) y en la UFR de Estudios ibéricos y latinoamericanos (Sorbonne Université – Faculté des Lettres). También es encargada de curso en el Centro de lenguas (Université de Montréal) y en el Departamento de literaturas y de lenguas del mundo, donde enseña el español y el cine hispánico respectivamente. Desde 2014, es auxiliar de enseñanza para los tests de clasificación en español en el Centro de lenguas. En el marco de su tesis, trabaja sobre las representaciones femeninas en las producciones audiovisuales mexicanas sobre narcotráfico.

En français
Gabrielle Pannetier Leboeuf est candidate au doctorat en études hispaniques au Département de littératures et de langues du monde (Université de Montréal) et à l’UFR d’Études ibériques et latino-américaines (Sorbonne Université – Faculté des Lettres). Elle est aussi chargée de cours au Centre de langues (Université de Montréal) et au Département de littératures et de langues du monde, où elle enseigne l’espagnol et le cinéma hispanique respectivement. Depuis 2014, elle est auxiliaire d’enseignement pour les tests de classement en espagnol au Centre de langues. Dans le cadre de sa thèse, elle travaille sur les représentations féminines dans les productions audiovisuelles mexicaines portant sur le narcotrafic. 

francoprovençal – Manuel Meune

Manuel Meune l’est vegnu u mondo a Bôrg-en-Brêsse, dens na règion francêsa yô-qu’on côse lo francoprovençâl, coment dens na partia de la Suisse pués de l’Italie (Vâl d’Aouta). Il est profèssor d’alemand pués spècialiste de les quèstions de plurilinguismo en Suisse. Depués qu’il ére megnât, il s’est tojorn entèrèssiê a la lengoua francoprovençâla (qu’on apèle a de côps « arpitan » ou simplament « patouès »…). Il a arriér betâ de bendes dèssinâs (Tintin, Lucky Luke) en francoprovençâl brêssan.

En français
Manuel Meune est né à Bourg-en-Bresse, dans une région française où on parle le francoprovençal, tout comme dans une partie de la Suisse et de l’Italie (Val d’Aoste). Il est professeur d’allemand et spécialiste des questions de plurilinguisme en Suisse. Depuis sa jeunesse, il s’est toujours intéressé à la langue francoprovençale (appelée parfois « arpitan » ou simplement « patois »…). Il at aussi traduit des bandes dessinés (Tintin, Lucky Luke) en francoprovençal bressan.

innu – Yvette Mollen

Inniuipan nete Ekuanitshit innu-assit, ka ishinikatet Mingan e mishtikushiu-uitakanit nete itetshe tshiuetinit, ekute anite apipan euassiut. Ipet Muanan nanitam mishta-atusseshtamupan utaimun, tshetshi nakatuenitakannit, tshetshi tshikanakuannit. Ushkat auassa tshishkutamuepan – « Ekute anite ut nitshishkutamatishuti eshi-pimipanit nitaimun ekue piputepanian anite » -, minuat ekue atusset anite mashinaikanitshuapit Tshakapesh, innu-aitunnu mak innu-aimunnu takuaimatamupan kie atusseshtamupan ashit aimun-mashinaikana, tshishkutamatsheu-mashinaikana kie ka unuipanitakaniti mashinaikana ka innushteti, auassat umashinaikanuaua ashit.

Tshishkutamuakanipan nete mishta-katshishkutamatsheutshuapit Shekutimit kie anite mishta-katshishkutamatsheutshuapit Munianit, nenu ishi-tshishkutamuakanipan tshetshi tshishkutamatshet kie ashit anite auassa nanatuapatitshepan tshetshi nishtutahk tshishkutamatunnu. Anutshish, nashatamu nenu ka ui nanitam tutak, tshetshi tshishkutamatshet innu-aimunnu anite mishta-katshishkutamatsheutshuapit ka tshishkutamuakanit ueshkat : tshishkutamatsheu anite eshinikatenit Centre de langues kie katshishkutamatshet ishi-uinakanu anite Département de littératures et langues du monde.

En français

Née dans la communauté innue d’Ekuanitshit (Mingan) sur la Côte-Nord, où elle a passé toute son enfance, Yvette Mollen a consacré sa carrière à la protection et à la valorisation de sa langue maternelle, l’innu, d’abord comme enseignante au primaire – «c’est là que j’ai appris la structure de la langue et que je suis tombée dedans» –, puis comme directrice du secteur Langue et culture de l’Institut Tshakapesh ou encore à travers sa participation à la création de dictionnaires, de manuels d’enseignement, de publications en innu-aimun et de livres jeunesse.

Ayant étudié à l’Université du Québec à Chicoutimi et à l’Université de Montréal en enseignement en milieu amérindien, en intervention éducative et en études françaises et mené des recherches de maîtrise auprès de jeunes Innus, elle réalise maintenant son rêve de se consacrer à l’enseignement de la langue innue à l’UdeM: elle est chargée de cours au Centre de langues et professeure invitée au Département de littératures et langues du monde.

italiano – Francesco Lubinu

Consegue la laurea in Scienze internazionali e diplomatiche all’Università di Trieste e si specializza in studi afro-asiatici all’Università di Pavia. Si avvicina all’insegnamento nel 2015, in seguito a un’esperienza in un centro di accoglienza per immigrati adulti. La passione per l’insegnamento e la condivisione di lingua e cultura italiane lo portano a conseguire la certificazione DITALS e a specializzarsi nell’insegnamento dell’italiano a discenti adulti. Trasferitosi a Montreal, insegna in diverse scuole private, tra cui il PICAI, il YMCA e l’Istituto italiano di cultura. È attualmente iscritto alla al programma di insegnamento del francese come seconda lingua all’università di Montreal, percorso che si terminerà nel 2023.

En français
Diplômé en sciences politiques et relations internationales à l’Université de Trieste, il se spécialise en études afro-asiatiques à l’Université de Pavie. Il s’intéresse à l’enseignement en 2015, durant un stage dans un centre d’accueil pour immigrants en Italie. La passion pour l’enseignement l’amène à obtenir la certification DITALS et à se spécialiser en enseignement de l’italien aux apprenants adultes. Après son arrivée à Montréal, il enseigne dans plusieurs écoles privées comme le PICAI, le YMCA et l’école de l’Institut italien de culture. Il est actuellement inscrit au programme de baccalauréat en enseignement du français langue seconde à l’Université de Montréal, parcours qui se terminera en 2023.

LSQ – Amélie Clermont-Trottier

En français
En 2012, j’ai commencé mon apprentissage de la langue des signes québécoise (LSQ). Depuis, elle me suit partout ! La LSQ m’a permis de m’intéresser à des réalités éducatives vécues par des personnes sourdes et aussi de m’intéresser aux langues minoritaires, deux concepts que je travaille dans le cadre de ma maîtrise et de ma mineure en études catalanes à l’Université de Montréal. La LSQ me permet de m’intéresser à d’autres langues des signes. Aussi, depuis 2 ans, cette langue me permet de travailler avec des personnes sourdes et de m’ouvrir à leurs expériences. Tout cela m’a donné envie d’ouvrir un dialogue avec les personnes entendantes, ce que je fais depuis 2018 en tant que responsable de l’atelier 1 de Langue des signes québécoise des activités culturelles de l’Université de Montréal.

português – Ivanir De Oliveira Messias

Ivanir Messias é professora do Centro de Línguas da Universidade de Montreal. Suas áreas de ensino são a língua portuguesa e a cultura brasileira. É mestre em estudos de linguística pela Universidade Federal de Minas Gerais e também em francês pela Universidade de Paris VIII. Atualmente prepara e ministra cursos de português à distância e parcialmente à distância. A professora Ivanir gosta de construir e oferecer aos alunos uma variedade de atividades interativas e também trabalhos colaborativos.

En français
Ivanir Messias est chargée de cours au Centre de langues de l’Université de Montréal. Ses domaines d’enseignement sont la langue portugaise et la culture brésilienne. Elle détient une maîtrise en études linguistiques à l’Université Fédérale du Minas Gerais et aussi en français à l’Université de Paris VIII. Actuellement, elle conçoit et enseigne des cours de portugais à distance et partiellement à distance. L’enseignante apprécie construire et proposer aux étudiants des activités interactives variées et aussi le travail collaboratif.

română – Victoria Lupascu

Victoria Lupașcu predă literatură comparată și studii asiatice (cu specializarea limbă și literatură chineză) la Universitatea din Montreal din anul 2020. Înainte de a veni în Canada, și-a obținut doctoratul în Statele Unite ale Americii și unul dintre masterate în China. Înaintea celor trei ani de masterat în China, ea a petrecut un an studiind limba chineză la Universitatea din Xiamen. Cercetarea se concentrează asupra relațiilor dintre pandemii, epidemii și cultură în China, Romania și Brazilia, și are în vedere reprezentarea acestora la nivel vizual și literar, de exemplu în filme, benzi desenate și în literatură.   Ca vorbitor nativ de limbă română Victoria Lupașcu este interesată de istoria limbii române și a felului în care aceasta a evoluat de-a lungul vremii în spațiul Carpato-Danubian, de fenomenele neuropsihologice din timpul procesului de învățare a unui limbi străine și de procesele de adaptabilitate care au loc în cadrul procesului de învățare de tip bilingv, în special în cazul adulților.

En français
Victoria Lupașcu enseigne la littérature comparée et les études asiatiques (spécialisation en langue et littérature chinoises) à l’Université de Montréal depuis 2020. Avant de venir au Canada, elle a obtenu son doctorat aux États-Unis et une de ses maîtrises en Chine. Avant sa maîtrise de trois ans en Chine, elle a passé un an à étudier le chinois à l’Université de Xiamen. Sa recherche se concentre sur les relations entre les pandémies, les épidémies et la culture en Chine, en Roumanie et au Brésil, et considère leur représentation visuelle et littéraire, par exemple dans les films, les bandes dessinées et la littérature. De langue maternelle roumaine, Victoria Lupașcu s’intéresse à l’histoire de la langue roumaine et à son évolution au fil du temps dans l’espace carpatho-danubien, aux phénomènes neuropsychologiques au cours du processus d’apprentissage d’une langue étrangère et aux processus d’adaptabilité qui s’y déroulent. dans le processus d’apprentissage bilingue, en particulier dans le cas des adultes.